Historique de NOTRE DAME DE L'ESPERANCE

1860-1870

Présentation des principaux faits marquants de

l'Abbaye NOTRE DAME DE L'ESPERANCE.

L'histoire remonte dans les années 1860-70 lorsque le Père Hermann Cohen fit cette fondation. En tout premier lieu ce fut un couvent de Carmes, plus précisémment un saint Désert..

Lieu d'extrême isolement où des ermites vivent réunis autour d'un communauté. Le Père Hermann fut connu sous le nom de Frère Augustin Marie du Très saint Sacrement.

Né en 1820,  élève de Frantz Lizst, il devint célèbre par ses concerts. A 15  ans, Professeur au Conservatoire de Genève, il est  alors comblé d'honneur. Touché par la  grâce, converti  par l'Eucharistie baptisé par un de  ses frères de race, le Père  Ratisbonne. Entré dans  l'ordre des Carmes  Déchaux, il  devient le Père Augustin-Mhermann.gifarie du  Saint-Sacrement.

Avec le Père Eymard, il fonde l'Adoration Nocturne à Paris en l'église N.-D. des Victoires. Il restaure divers monastères, et crée le St-Désert de Tarasteix, le Curé d'alors, l'Abbé Rozies, lui est d'un précieux secours. En 1859, les premiers moines s’installent. Le monastère actuel date de 1874. En Octobre 1880, la loi sur les Congrégations religieuses s'applique aux Carmes, ils sont alors expulsés.

Le Père Hermann, ne put rester en «cette solitude». D'origine AIlemande, il est expulsé lors de la Guerre de 1870.  Il se dévoue corps et âme auprès de nos prisonniers Français, à Spandau. Plusieurs sont atteints du typhus, il contracte la maladie et le 19 Janvier 1871 à 9h du soir il reçoit la Communion. A 11h, l'humble Père se soulève et retombe en murmurant, d'une voix saccadée «Mon Dieu, je remets mon esprit entre vos mains ». Il n'a que 51 ans. Il reposât à Berlin en l'attente que se réalisent ses dernières volontés celles du le retour de ses restes mortels dans son Saint Désert de Tarasteix. Il en fut autrement, il fut exhumer et repose désormais auprès de ses frères du Carmel du Broussey. Sa cause à été introduite depuis nombre d'années. Espérons que l'Eglise saura reconnaître celui qui fut son zélé et fidèle seviteur.  

 

cartepost1945.jpg

 

 Bientôt !!!

A suivre les articles sur:

Ermitage du Père Hermann. source de saint Benoit 

Les moines furent chassés _ voir le chapitre Proscrits

Le couvent tombe dans l'abandon le plus total

 

 

 

 

pers-hermann-cohen-001.jpgpers-hermann-cohen-002.jpg

 

img-1383.jpgci -contre le Gisant (cire) représentant le Père Carme, fondateur du saint Désert de Tarasteix, l'abbaye Notre Dame de l'Espérance.

Il est situé à l'Oratoire du Père Hermann

 

 

 

 

 

Premières années. Sans Eau, sans Electricité

                                                                Incroyable!!!

 Avec seulement la Foi et le Courage. avec l'aide de quelques amis bienfaiteurs, bienfaitrices, compagnons d'infortunes, avec aussi l'aide de ses parents, (son père était maçon), ils se mirent tous au travail et la tâche était immense.

Sans moyens, sans subventions.

Sans eau, sans electricité...

mais regardez-plutôt...

                                                                                                    

 

 

 Les parquets totalement calcinés, L'ensemble des bâtiments avait été détériorés par tous ceux qui y passaient ou s'abritaient.

                                a suivrepict0090.jpg

           Toîtures effrondéespict0060.jpg

 

                      pict0085.jpg

Plafonds et voûtres éventrées

                                                                                          

 

1939-45

Nous avons de plus en plus d'éléments de cette époque.

Les faits marquants du couvent durant les années 1939-45.

 Octobre 2012, Madame F.A. reçue à l’entrée principale par le Père Mercier J.Claudefarreauentre2.jpg,ne pouvait en franchir le seuil tellement elle était émue aux larmes. Son gendre qui l'accompagnait avec sa fille dit alors : « Excusez mon Père, mais c’est difficile à expliquer, c’est tout un passé qui ressurgit, lointain, très lointain. » Et c’est ainsi que petit à petit, nous apprîmes que ses parents avaient été propriétaires du monastère, acheté semble-t-il vers la fin de la guerre 1939-45.

Voici quelques photos avec sa petite famille à l’époque. Il avait fait d’important travaux de restauration, toitures, cellules des moines, réfectoire, dortoir, etc …des aménagements prévus pour réceptionner des colonies de vacances, entre-autre celle de Mr l’abbé Bècle, directeur, ( 2 ans), d’établissement scolaire de Frontignan (34).

                        Père de 7 enfants, emporté par une maladie implacable à l’âge de 59 ans, mon père n’a pu donner suite à son centre si important à son cœur. Et c’est ainsi que le monastère a retrouvé sa solitude… dévastatrice !

 

chapelle1945-1.jpg

 

 

 

 

 

1977

 

                                                                   

Après plus de 120 années d'abandon;

LA RESURRECTION du Monastère

1977           

pict0009.jpg

Espérance qui surgit au milieu des ronces, de la dévastation, de toîtures effondrées, des portes et parquets calcinés.

Depuis, un miracle s'est produit, les ronces ont disparues, l'eau, l'électricité ont fait leur apparition. Malgré des épreuves terribles, dont un incendie criminel, le Saint Désert refleurit et pèlerins et touristes affluent en ce havre de silence, de paix et de beauté.

          Durant la années de la guerre 1939-45, ce lieu servit de cachette pour le maquis. Il servit temporairement de "prison" pour garder des prisonniers allemands. Tout fut petit à petit démonté, saccagé, les boiseries servantt à se chauffer.  Puis encore de longues années il fut livré aux caprices du temps et des intempéries.  

Tout n'était plus que ruine et désolation.

 

Un prêtre vint alors. Il mit en tête de relever cet édifice avec une poignée de compagnon. Ce fut le Père Jean Claude Mercier.

     Le Père Mercier,originaire de Bretagne, prés de Pornic, fît ses études primaires à Chauvé (44), dans son pays natal, puis au collège saint Jean Baptiste de Guérande, tenu par les frères de Ploermel. ensuite, il poursuit ses études chez les Pères Assomptionnistes près de Paris à Lonnay.

Un passage chez les religieux de Saint Vincent de Paul, puis chez les Lazarristes pour terminer au consortus de Lyon. Ordonné prêtre à Djibouty en 1970 et après y avoir passé plusieurs années, comme curé de la Cathédrale, il revint en France et entreprit, sans aucune ressource, de restaurer le Monastère de Tarasteix en 1977.

Le bâtiment fut baptisé sous le vocable de :

Notre  Dame de l'Espérance

priez pour nous...

 

 

Date de dernière mise à jour : 16/04/2013

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×